Les liens du sang Vol.2

Après avoir grandement apprécié le premier volume de la série, je me suis bien évidemment jetée sur le deuxième (les tomes se lisent vite en plus).

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

De quoi ça parle ?

Après le crime qu’a commis sa mère devant ses yeux, Seiichi ne sait plus où il en est. Il fait des cauchemars, se sent extrêmement mal à l’aise en présence de sa famille… En plus de cela, en confirmant la version des faits de sa mère auprès de la police, il devient complice…

Mon avis…

J’ai lu récemment un avis sur manga news qui qualifiait les liens du sang comme étant un « manga bourgeois ». En effet, on ne peut nier le faible temps de lecture d’un volume qui peut facilement se lire en 10 minutes, montre en main. Ce manga serait-il donc un mauvais investissement ? Tout dépend de ce que vous recherchez. Pour moi, il s’agit d’un chef d’oeuvre visuel.

En effet, ce manga repose énormément sur son côté visuel. Il contient peu de texte mais de nombreuses images qui régulent le rythme de l’histoire, son ambiance, ses émotions… Rien que le style graphique en lui-même est un coup de cœur pour moi grâce à son côté crayonné qui, à l’heure du dessin lisse et informatisé, est, pour moi, une véritable bouffée d’air.

━──────≪✷≫──────━

user uploaded image

━──────≪✷≫──────━

L’intrigue avance lentement dans un désir d’immersion totale. Une même scène est souvent représentée sous des angles de vue différents, ce qui augmente la tension palpable de nombreux moments du récit.

━──────≪✷≫──────━

user uploaded image

━──────≪✷≫──────━

En plus de cela, l’auteur joue énormément sur les contrastes, ce qui influe également beaucoup sur l’ambiance des différentes planches. Dans ce deuxième volume, énormément de planches sont pesantes voire effrayantes, ce qui peut rendre assez mal à l’aise.

━──────≪✷≫──────━

user uploaded image

━──────≪✷≫──────━

Certaines planches sont également très métaphoriques, ce qui apporte une touche très poétique qui contraste avec le côté glauque de l’œuvre, un poème au fond de Baudelaire, un poète qui semble visiblement bien inspirer le mangaka, également auteur des Fleurs du mal.

━──────≪✷≫──────━

user uploaded image

━──────≪✷≫──────━

(Seiichi semble se déchirer lui-même alors qu’il déchire une lettre de sa camarade de classe avec sa mère)

En ce qui concerne maintenant l’évolution de l’intrigue, je dois dire que cela prend pour le moment la direction à laquelle je m’attendais. L’intrigue a vraiment été lancée par l’événement en toute fin du premier volume et ,comme je le pensais, Seiichi développe un mélange de peur et d’amour pour sa mère. Elle l’effraie, il la voit dans ses rêves comme étant un démon et craint ses réactions. Cependant, en parallèle, il veut qu’elle reste auprès de lui et semble être sous sa totale emprise.

━──────≪✷≫──────━

user uploaded image

━──────≪✷≫──────━

Il ne veut pas contrarier sa mère et celle-ci en profite pour le soumettre totalement à ses envies. D’ailleurs, la fin de ce deuxième tome semble présager un début d’inceste aux sentiments réciproques ; ce qui risque de rendre leur relation encore plus glauque et malsaine qu’elle ne l’est déjà. Pourtant la fille que Seiichi aimait en secret venait tout juste de lui faire part de ses sentiments réciproques au biais d’une lettre d’amour, une lettre que la mère n’a pas supporté…

Conclusion…

Il s’agit d’un manga très intéressant sur l’aspect visuel et dont l’intrigue arrive aisément à captiver. Celle-ci est plutôt originale et pousse le lecteur à rester pour y découvrir l’évolution de cette relation empoisonnée et malsaine. La série est toujours en cours au Japon avec 5 tomes à son actif. Connaissant l’auteur, un de mes favoris du moment d’ailleurs, la série ne devrait pas dépasser les 10 volumes. La série peut donc être intéressante à suivre si vous cherchez des impressions de lecture différentes de ce dont vous avez l’habitude.

Be the first to reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *