Un Pont entre les étoiles Vol.2

Reprenons où nous en étions avec les aventures de Haru dans son nouveau pays, dans sa nouvelle vie…

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

De quoi ça parle ?

Le père de Haru découvre que celle-ci fréquente un Chinois et le chasse sur le champs. Haru se retrouve alors surveillée par une nouvelle gouvernante imposante aux traits froids et se voit obligée d’intégrer l’école primaire nippone la plus prestigieuse de Shanghai. Haru doit donc découvrir un nouveau quotidien, coupée du monde et de la société chinoise, coupée de son xiondhi (frère de cœur), Xing.

Mon avis…

Niveau dessin, la mangaka rend ses planches vraiment dynamiques en s’adaptant aux émotions de la petite Haru. En effet, en plus de varier les formes et dispositions des planches, elle déforme également les décors, la luminosité, les traits… en fonction de l’humeur de la protagoniste, ce qui a pour résultat de captiver le lecteur, de lui faire ressentir au mieux les émotions de Haru.

━──────≪✷≫──────━

user uploaded image

━──────≪✷≫──────━

L’empathie fait d’ailleurs partie des points forts de l’œuvre. Le lecteur vit les péripéties de la petite japonaise avec intérêt et peut facilement se mettre à la place du personnage qui est confronté à de nombreuses scènes d’injustice, monnaie courante pour l’époque historique mais perçues d’un point de vue révolté, effrayé voire surpris qu’il est aisé de partager de nos jours. Du racisme, de l’élitisme, du harcèlement, un clivage riches/pauvres… Beaucoup d’éléments auxquels nous sommes confrontés dans cet ouvrage.

━──────≪✷≫──────━

user uploaded image

━──────≪✷≫──────━

Celui-ci est d’ailleurs très intéressant pour nous faire découvrir cette époque de guerre, les mœurs chinoises et japonaises de l’époque. Il s’agit d’une période dont nous connaissons peu d’éléments, la découverte n’en est donc que plus plaisante. Le manga nous offre de nombreuses informations côté vestimentaires, sociétaires, comportementaux, politiques… Ce qui en fait une œuvre assez riche à lire historiquement parlant.

Autres atouts : les personnages. Dans ce deuxième volume, nous découvrons 3 personnages secondaires importants, chacun d’eux apportant une certaine valeur à traiter. Il s’agit de personnages dont le jugement de Haru va énormément changer au fur et à mesure des chapitres. Entre la gouvernante froide mais timide, l’amie d’enfance qui a changé depuis son installation à Shanghai et le démon mystérieux mangeur d’enfants ; il y a de quoi faire.

━──────≪✷≫──────━

user uploaded image

━──────≪✷≫──────━

Enfin, j’en arrive à la plus belle qualité de ce manga : son message de paix et de tolérance.

« Tu es Chinoise ou Japonaise ? »

Malgré ce monde injuste et discriminatoire, Haru refuse de choisir un camp. Elle reste bienveillante et fait preuve d’une spontanéité désarmante, écrasant les codes sans même s’en rendre compte. Elle défie les harceleurs japonais comme les Chinois qui semblent la haïr. Peu importe nos origines, elle défendra toujours ceux qui le méritent. Elle ne veut que la paix. Haru est un personnage adorable qui n’aura de cesse de nous faire sourire par les belles valeurs qu’elle défend en ce temps de guerre. Elle symbolise en réalité une lueur d’espoir au milieu de cette obscurité pesante.

━──────≪✷≫──────━

user uploaded image

━──────≪✷≫──────━

Conclusion…

J’avais déjà été séduite par le premier volume et le deuxième ne fait que confirmer mon coup de cœur. J’ai hâte de lire la suite. Je pense qu’un petit format de 4 volumes est tout à fait adapté. N’hésitez pas à donner votre avis si vous suivez vous aussi la série, si vous comptez la suivre ou bien si vous êtes simplement intrigué.

Be the first to reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *