La Malédiction de Loki Vol. 1-2

Et si vos dessins prenaient vie, que se passerait-il ?

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

La Malédiction de Loki, de quoi ça parle ?

Aisya n’est pas une petite fille ordinaire. Lorsqu’elle utilise son propre sang en guise de peinture, ses œuvres deviennent magiques et accomplissent des miracles. Malheureusement, les hommes, avides et cupides, exploitent cette enfant et utilisent ses peintures à mauvais escient.

Aisya demande alors à son seul ami, Loki, de lui promettre de brûler toutes ses peintures, devenues maudites…

Mon avis…

Côté dessin, Hachi nous propose un dessin propre et classique avec quelques grandes illustrations particulièrement travaillées. Des décors droits et détaillés s’alternent avec des fonds de cases blancs, ce qui offre un certain rythme à l’oeuvre.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

En ce qui concerne l’édition, Delcourt/Tonkam nous offre un format classique avec cinq pages couleurs dans le premier volume, deux dans le deuxième. Les couvertures très colorées aux cadres et titres brillants sont particulièrement attirantes et font des différents tomes de très beaux objets. De plus, le premier volume est doté d’une couverture réversible, offrant une alternative (couverture de l’introduction de l’article) beaucoup plus poétique que la classique. La sortie simultanée des deux premiers volumes était également un bon choix, le véritable enjeu de l’intrigue et sa dynamique ne se présentant véritablement que dans le dernier chapitre du premier tome.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

Le premier chapitre, accessible sur le site de l’éditeur (ici), nous présente la peintre magique, Aisya, et son ami, Loki, alors qu’ils sont enfants. Le lien puissant qui unit ces deux personnages, la bonté naïve de la gamine et l’impuissance de son ami, désespéré face aux hommes cruels qui se servent d’elle voire la maltraitent, auront effet de nous attacher directement à ces deux protagonistes. Une grande empathie est ressentie pour la pureté d’Aisya et la haine grandissante de Loki envers l’humanité.

Dans les chapitres suivants, nous retrouvons, juste après une ellipse, un Loki adulte, expérimenté et solitaire dans sa quête, issue de sa promesse : celle de détruire tous les tableaux d’Aisya, devenus alors maudits et extrêmement dangereux. A travers cet homme, nous découvrons petit à petit un univers de fantasy à la fois médiéval et moderne ainsi que divers personnages mystérieux voire intrigants.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

Le mangaka semble d’ailleurs particulièrement enclin à développer ses personnages tout au long de son histoire. Il nous offre un certain nombre de scènes de flash-backs et déjà un chapitre consacré au passé d’un personnage secondaire dans le deuxième volume. Les différents acteurs ont du potentiel.

Le déroulement de l’intrigue semble classique pour l’instant, présentant généralement une histoire centrée autour d’une peinture maudite par chapitre tout en proposant à chaque fois un élément lié à la progression de l’intrigue. A la fin de chaque chapitre, on retrouve une fiche explicative sur la dernière peinture maudite rencontrée avec ses origines, son pouvoir de base, sa transformation et la raison de sa malédiction.

Malgré une trame classique, La Malédition de Loki affiche un excellent potentiel avec un pouvoir fascinant et vaste, une organisation d’antagonistes mystérieuse et un personnage particulièrement intriguant apparaissant à la fin du premier volume.

Conclusion…

La Malédiction de Loki effectue un bon démarrage en plantant un univers riche, en traitant d’un pouvoir intriguant, en introduisant une intrigue prometteuse… Il s’agit d’une série que je compte bien continuer.

Be the first to reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *