Zenkamono, repris de justice Vol.1

« Se contenter de ricaner n’est-il pas aussi condamnable ? »

Je vous présente ici l’un de mes coups de cœur de ce début d’année, du tranche de vie qui nous interroge sur l’éthique et la justice avec un concept très original autour d’anciens détenus qui doivent se réinsérer dans la société.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

Zenkamono, de quoi ça parle ?

Agawa est agente de probation, un poste bénévole qui consiste à aider d’anciens détenus lors de leur réinsertion au sein de la société. Dans ce premier tome, elle doit aider Ishikawa qui vient de sortir de prison où il a purgé sa peine pour le meurtre de son frère. Si sa libération sera au départ un véritable soulagement, affronter les regards de son ancien entourage ne sera, cependant, pas une mince affaire…

Mon avis…

Ce qui m’a directement plu dans Zenkamono, c’est son concept. Découvrir les points de vue de divers ex-détenus lors de leurs sorties de prison, c’est intriguant. C’est un événement que beaucoup de citoyens n’auront jamais à vivre, il est donc difficile de se projeter dans cette situation. Lire une oeuvre qui aborde justement l’aspect psychologique des personnes qui vivent cela m’a rendue curieuse et intéressée. Les types de crimes sont nombreux ; ce qui rend le sujet à aborder très vaste, promettant des tomes aux intrigues variées. Chaque volume tournera très probablement autour d’un détenu différent dans un format épisodique.

Ishikawa, l’ancien détenu central du premier tome, est très attachant. C’est un type bien, cela se dégage directement de son aura. Il travaille avec sérieux et implication, il se montre volontaire, il protège et défend les proches qu’il aime… Difficile de croire qu’il ait réellement assassiné son propre frère et pourtant… Ishikawa veut retrouver une vie normale mais des rencontres de son passé lui mettent des bâtons dans les roues, entre d’anciennes connaissances qui tentent de le culpabiliser et sa femme qui resurgit dans sa vie avec de nombreux secrets, le pauvre se retrouve vite sous pression, acculé par les émotions fortes à gérer. Il est, malgré lui, replongé dans son passé. La vérité autour du contexte du crime est chamboulée et, en tant que lecteur, nous nous faisons un plaisir de reconstituer le puzzle. Durant toute la lecture, nous nous interrogeons sur les personnages… Qui dit la vérité ? Qui ment ? Que s’est-il réellement passé à l’époque du meurtre ? Si Ichikawa est perdu dans cette marée floue, Agawa, quant à elle, fait tout pour le préserver et l’aider à tourner la page de cette sombre histoire.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

D’ailleurs, Agawa, l’agente de probation qui est le protagoniste principal de la série, est un personnage entier et plutôt intrigant. Elle cumule plusieurs petits boulots afin de rembourser des dettes médicales et, malgré ses problèmes financiers, elle choisit de consacrer une partie de son temps à une activité bénévole qui n’est pas des plus habituelles. Ses motivations sont assez floues et ses collègues de travail ne semblent pas la comprendre. Elle doit combler des dettes et, à la place des heures supplémentaires rémunérées, elle choisit le bénévolat. Agawa est une jeune femme très attachante. Elle est prévenante et a le sens des responsabilités, son style très « sage » tranche avec le milieu de l’ex-criminalité dans lequel elle s’engage et elle semble subir un certain lynchage passif sur ses lieux de travail rémunéré face auquel elle reste distante et digne. Agawa est vraiment un personnage que j’ai hâte de retrouver dans le deuxième volume pour en apprendre davantage à son sujet et découvrir ses réactions avec d’autres anciens détenus. En tout cas, elle prend vraiment son poste bénévole très à cœur, elle est en effet un véritable soutien pour Ishikawa dans ce premier tome.

Lire Zenkamono, en plus d’y retrouver des intrigues intéressantes et des personnages attachants, c’est aussi se remettre en question sur sa perception de la morale et de l’éthique. A plusieurs reprises, la lecture nous amène à nous poser des questions sur la justice, sur ce qui mérite la prison ou pas. Nous nous demandons pourquoi certaines personnes se retrouvent punies quand d’autres sont vraiment malveillantes et manipulent autrui sans être sanctionnées… Beaucoup de réflexions vraiment riches et intéressantes se bousculent dans Zenkamono.

En ce qui concerne le coup de crayon, le dessinateur nous offre un trait simple mais efficace avec des visages facilement reconnaissables. J’ai également remarqué que des trames grises sont beaucoup utilisées ; ce qui crée une ambiance assez particulière et un peu pesante par moments, une ambiance que j’ai beaucoup appréciée.

Côté édition, Le Lézard Noir nous offre son format habituel, plus grand que la moyenne de celui des autre éditeurs, doté d’un papier épais. Un objet d’excellente qualité pour orner nos bibliothèques.

Conclusion…

Zenkamono propose un format épisodique au concept fort original autour d’un protagoniste attachant. Les personnages à venir promettent d’être variés et d’apporter de nombreuses intrigues riches et diverses. Les thèmes proposés sont intéressants et amènent le lecteur à réfléchir, à se poser des questions d’ordre éthique. Bref, un premier volume original, riche et prometteur que je recommande vivement !

Be the first to reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *