Subaru, Danse vers les étoiles

« La danse du chat me permet de lui raconter ce qui s’est passé dans la journée. Mais je ne sais pas comment lui faire comprendre ce que je pense. »

J’ai eu la chance de pouvoir me procurer l’intégrale de la série Subaru Danse vers les étoiles qui est devenu, depuis plusieurs années, très difficile à trouver à prix décent (à moins de l’acheter en format numérique chez l’éditeur Delcourt/Tonkam). Autant vous dire que j’ai savouré ma lecture, enchainant avec plaisir les 11 volumes que compte la série. Cette dernière m’a totalement subjuguée et happée dans son univers, dans son ambiance…Je peux affirmer, et sans exagération, que le titre s’est directement hissé jusqu’à mon top 10 de mangas. Cette BD est un véritable bijou, mon nouveau « précieux » au sein de ma mangathèque. Aujourd’hui, je vous parle de cette magnifique série.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

Subaru, de quoi ça parle ?

Pour communiquer avec son frère jumeau atteint d’une tumeur au cerveau, Subaru lui rend visite tous les soirs à l’hôpital et utilise la danse pour lui raconter ses journées. C’est le point de départ d’un voyage et d’une ascension fulgurante dans le domaine de la danse dont elle ne fera, au cours de sa vie, que dépasser les limites du possible et de l’imaginable.

Mon avis…

Ce manga est un voyage, un voyage des sens mais également un voyage initiatique. Tout démarre dans un hôpital dont Subaru est prisonnière, elle y est prisonnière par l’état dramatique de son frère ainsi que par sa propre danse. Tous les soirs, elle lui rend visite. Alors qu’il est proche de l’état d’un légume, elle danse pour lui, pour lui raconter sa journée, pour qu’il la comprenne alors que les mots ne parviennent plus jusqu’à lui. Elle se donne corps et âme pour lui donner le sourire, pour continuer à communiquer avec lui. Elle est alors âgée de seulement neuf ans. Dès cette phase lourde de sa vie, le lecteur se retrouve emporté par son histoire, par ses émotions très puissantes qui touchent directement en plein cœur. Cette histoire, nous la vivons avec Subaru, à ses côtés. Que ce soit dans un cabaret mal famé, sous les feux des projecteurs d’un concours sélecte ou encore dans les rues de New York ; la protagoniste n’aura de cesse d’avancer, de rencontrer de nouvelles personnes, de changer de décors, d’évoluer…Même si elle reste fidèle à elle-même et à sa nature.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

La personnalité de Subaru est une vraie force pour ce manga. Au-delà du fait qu’elle semble inhumaine et imbattable dans son domaine, il s’agit d’une jeune femme qui abrite une terrible douleur en elle. Bien qu’elle attire les autres et qu’elle se retrouve toujours entourée, elle dégage une aura de solitude. Elle est accompagnée mais ne s’attache pratiquement à personne, elle est seule et incomprise. A 15/16 ans, elle n’est encore qu’une enfant, parfois capricieuse, fort émotive ou naïve mais, pourtant, il se dégage souvent d’elle une grande maturité ainsi qu’une part d’ombre qui peut effrayer. Subaru ne connait pas réellement la défaite, son talent et ses capacités hors du commun font d’elle l’une des ballerines les plus incroyables de tous les temps. C’est pour cela qu’elle ne comprend pas toujours les difficultés que peuvent rencontrer les autres danseurs et qu’elle ne semble pas toujours ancrée dans la réalité. Provoquant à la fois fascination et jalousie, Subaru interagit régulièrement avec des personnages qui l’aiment et la détestent à la fois, qui sont envahis d’émotions paradoxales. Elle, tout ce qui lui importe, c’est d’être libre et de danser pour vivre. Elle vit détachée de tout le reste, sans doute afin de ne plus avoir à souffrir.

« Tu n’es attachée à aucun lieu, ni à personne. Qui que soient les gens avec qui tu es, tu te sens toujours différente d’eux, au fond de toi-même ! »

Au cours de son ascension, elle va blesser l’orgueil de nombreux professeurs mais aussi émouvoir à l’extrême ses publics et surprendre voire remettre en question la vision de la danse de nombreux acteurs du milieu. En tant que lecteur, nous nous rendons compte que le milieu du ballet est un monde impitoyable où les gens se prennent vraiment au sérieux et se sentent vite offusqués dans leurs égos. Malgré tout, nous savons que rien ne peut arrêter Subaru car elle possède un don depuis le début, un don qui lui permet d’entrer dans une zone incroyable et d’emmener son public avec elle. Dès qu’un obstacle se dresse en travers de sa route, elle l’écrase rapidement et continue son chemin sans même s’en rendre compte. Tout ce qu’elle touche se transforme en or. C’est à travers la jalousie et l’admiration des autres personnages que nous nous rendons le plus compte de son incroyable talent, décrit comme proche du divin.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

Emotionnellement, il va néanmoins arriver à Subaru de sombrer totalement psychologiquement, ce qui a un terrible impact sur ses choix et ses prestations. Sur scène, il lui arrivera de décevoir, non pas parce que sa prestation est mauvaise mais parce que le public connait ses capacités et en veut plus…toujours plus. Le destin des virtuoses et des génies, c’est de ne pas avoir le droit de faire moins haut que la dernière barre qu’ils ont placée, ils sont prisonniers par leur notoriété et leur propre niveau. La série fait également un beau parallèle entre Subaru et une ballerine trentenaire extrêmement talentueuse qui ne se sent pas prête à arrêter son art. Les deux danseuses sont similaires et opposées à la fois, l’une au début de son art, l’autre à la fin ; ce qui rend le parallèle puissant et plein de sens.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

Le coup de crayon très sombre voire oppressant et plutôt expressif avec un petit côté crayonné offre une dimension envoutante et profonde à l’œuvre, en particulier lors des scènes de danse qui sont tout simplement magistrales. C’est magnifique, j’ai contemplé certaines planches avec grand intérêt, touchée par la beauté artistique débordant d’émotions que l’auteur nous transmet. J’espère pouvoir relire un manga avec un graphisme aussi subjuguant que celui-ci à l’avenir, c’était incroyable !

La fin est plutôt surprenante et, même si elle peut se suffire à elle -même, laisse la porte ouverte à une suite qui a, d’ailleurs, été écrite au Japon sous le nom de Subaru 2 Moon. Seulement, elle n’est jamais parvenue jusqu’à chez nous. Le dernier tome de Subaru est sorti en France il y a déjà 13 ans, ce qui rend les probabilités d’une édition pour Subaru 2 très improbable, mais j’espère vraiment un jour avoir la possibilité de lire la suite. J’aimerais vraiment en découvrir davantage sur Subaru et je pense que son voyage est encore loin d’être fini.

━──────≪✷≫──────━

━──────≪✷≫──────━

Conclusion…

Pour moi, Subaru est un chef-d’œuvre. Le titre possède un protagoniste atypique et de caractère auquel s’attacher, une ambiance qui touche le lecteur en plein cœur, une intrigue prenante qui met davantage en avant l’évolution psychique de son personnage que l’évolution de sa danse dont le niveau se situe dès le départ dans le haut du panier, un coup de crayon qui donne de la profondeur en toute harmonie à son histoire. Une fois commencé, impossible de décrocher de ce manga, j’ai été littéralement absorbée dans cette œuvre. C’est un énorme coup de cœur pour moi, de l’art pur.

Be the first to reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *